Accueil

Vestige flamboyant de la puissance du chapître des chanoines locaux.

Saint-Yrieix doit son nom à Arédius, fondateur de la cité. Prêtre cultivé possédant un domaine gallo-romain, sa renommée fait très vite de lui un Saint. Vers 564, Arédius installe sur cet emplacement un monastère et c’est ainsi que naît la ville qui porte son nom, devenu Yrieix par déformation orale. Durant les siècles suivants, une agglomération se développa autour de ce « moustier » tandis que les moines étaient remplacés par un chapitre de chanoines qui perdura jusqu’à la Révolution. La ville actuelle est rassemblée autour d’un noyau de constructions anciennes qui constitue la cité médiévale dominée par la Collégiale. De l’église romane (XIIe siècle), seul subsiste l’actuel clocher-porche. Dans la seconde moitié du XIIe siècle et jusqu’à la fin du XIIIe siècle, les chanoines en firent une semi-cathédrale. Aujourd’hui, trois styles se côtoient : le roman (clocher-porche), le gothique de l’Ouest ou Plantagenêt (chœur et transept) et le gothique d’Ile-de-France (chevet et chapelle).

Lors de l’une de vos visites à la Collégiale du Moustier, prenez le temps d’aller admirer :

> le chef-reliquaire en argent de (Saint) Arédius;

> la colombe eucharistique en             cuivre;

> la châsse dite de Sainte Germaine en cuivre doré et émaillé du XIIIe siècle;

> le portail du clocher qui présente des voussures limousines;

> le portail gothique du Midi qui est surmonté d’un Christ en majesté du XIIe siècle.

Ouvert tous les jours. Entrée libre.

La collégiale du Moustier

Ville de Saint Yrieix Le portail sud

Nous suivre sur Facebook

© Festival musical de Saint Yrieix - Mentions légales - Conception graphique et réalisation : Deux points c'est tout et R. Garniche